XS 1100 Cafe Racer

Eric est arrivé à l’atelier avec une 1100 XS bien fatiguée (à part le moteur). Connaissant les capacités de Francis, il lui a demandé de transformer sa moto en un joli café racer…

 

Montage à blanc après un gros travail sur la partie arrière, cantilever, nouvelle boucle support de tape-cul, suppression des pattes inutiles…

Démontage, le cadre et les roues ont droit à une peinture époxy, le moteur est peint lui aussi et tout ce qui peut être microbillé y a droit.
                    

4 en 1 « décabossé », la machine avait du descendre quelques trottoirs, silencieux home made. L’ensemble va recevoir sa couche d’époxy haute température. Contacteur en place, écopes de radiateur, sangle de fixation du réservoir…

Finition Garnier.Toujours home made et si possible pas courant, commandes reculées en inox.

 


 


                               
Une erreur d’interprétation des consignes à propos du damier du réservoir conduit à une nouvelle peinture. La selle est installée. Moto terminée !

Ducati 250 scrambler

Cette « sculpture » mécanique va bientôt être délogée du comptoir pour retrouver une partie cycle déjà époxy noir.



Au final on aura « presque » ça :

               

Les « connaisseurs » auront reconnu un 450. Francis m’a donné un truc pour être moins sot :
« Tu comptes les ailettes du cylindre : 8 pour un 250, 9 pour un 350 et 10
pour un 450. »Francis commence à remonter, mais il est bloqué par la boulonnerie qui n’est pas revenue du traitement bichromatage.


C’est parti pour le remontage :

               


Impressionnant, on dirait que Francis assemble une moto neuve, tout est nickel : peinture, chromes, visserie… Il attaque la fabrication du faisceau qui sera neuf lui aussi.

La machine est pratiquement terminée, Francis attend les rayons… et plus que quelques fils à brancher.
          



Restauration pratiquement terminée, mettre le bon carbu, brancher quelques fils, et Francis pourra effectuer une petite balade !


14 décembre : restauration pratiquement terminée, mettre le bon carbu, brancher quelques fils, et Francis pourra effectuer une petite balade !

                                   La machine est terminée, quelques photos et quelques mots du boss avant le départ…
                    

               

« C’est un petit scrambler 250 cm3 de 1974. Cette machine, je la connais depuis que je suis gamin, vraiment môme… C’est une des premières « grosses » motos sur laquelle j’ai eu le droit de monter pour aller faire un tour !

C’est une restauration propre, très propre, pas concours, il n’y a pas le budget pour. Tout a été refait de A à Z  : la mécanique  complète, la partie cycle époxyée, boulonnerie neuve, rayons traités… Résultat final, on obtient une petite machine assez mignonne.
Le propriétaire est un fan de Ducati, il y a quelques années, je lui ai restauré une 450 desmo ».

Le site : quelle histoire !

5 mars 2009, GARNIER MOTORCYCLES est sur le net.
5 mars 2010, premier anniversaire du site !

Francis vous raconte tout : des hésitations du début à la satisfaction d’aujourd’hui. 

           Tout a commencé par la visite d’un client. En discutant de choses et d’autres, celui-ci m’a demandé : « Est-ce que ça t’intéresserait d’avoir un site internet ? » 

          N’y connaissant vraiment rien dans ce domaine, c’est un peu de la science fiction pour moi ce genre de truc, je n’y voyais pas un réel intérêt. D’une part, je ne voyais pas ce que cela pourrait m’apporter et puis je trouvais ça un poil prétentieux de s’afficher sur la toile. Il a quand même réussi à me convaincre un petit peu et qu’il me soumettrait son projet pour voir si j’en étais satisfait. 

          Après quelque temps, il m’a montré une ébauche du futur site. Déjà, j’ai été plus qu’agréablement surpris, parce que même n’y connaissant rien, j’ai trouvé que c’était très bien fait, que c’était représentatif de ce que j’étais et puis j’ai trouvé qu’en fin de compte ce n’était peut être pas si mal de montrer ce que je faisais…tout en n’étant toujours pas convaincu de l’utilité de la chose.

          Et puis là, ça va faire un an que le site est lancé, je suis un peu stupéfait quand je vois le nombre de visites, on en est à plus de 6000 ! Je suis bluffé, d’autant plus que j’ai de très bons échos de divers clients, de divers horizons, qui trouvent le site sympa, qui m’envoient des petits mots agréables. Ça me conforte un peu dans l’idée que ce que je fais n’est pas trop nul.

          Je me rends compte que pour la boutique, ça a été un plus quand même, ça nous a amené pas mal de têtes nouvelles, des curieux bien évidemment, mais on reçoit des mails de demandes, de devis, de ci, de ça…c’est vraiment bien. Je tiens à dire que la petite boutique restera une petite boutique. Je privilégie la relation humaine, pas avant tout, mais ça compte énormément pour moi.

          En résumé, j’en tire, ce n’est pas bien de le dire, une certaine fierté. Je ne remercierai jamais assez la personne qui m’a fait le site, en l’occurrence Philippe V. qui est une personne passionnée, dévouée et passe énormément de temps à préparer tout ça. Sans lui, je pense que je n’aurais jamais eu de site, personne ne m’avait réellement convaincu comme lui a su le faire. Je le remercie encore et j’espère que notre collaboration va durer encore longtemps.

Port Grimaud 2010

« Port Grimaud : c’est un évènement organisé par Harley Europe pour les membres du HOG, il y a au moins 10000 personnes. En parallèle Freeway organisait une petite rencontre, expo entre professionnels de la marque, nous y étions conviés (avec Céline), ça m’a permis de rencontrer tous les « gros », tous les cadors du milieu.

 

J’ai passé un excellent moment, il s’est avéré que la totalité des gars était relativement sympa, simple, on a bien discuté, on a pu faire des petits roulages dans l’arrière pays, il y avait vraiment de belles, belles machines. Le temps n’était pas trop de la partie mais l’ambiance a compensé le manque de soleil, c’était vraiment sympa.

Cela m’a apporté quelques contacts, j’ai pu discuter avec des « gars » que je ne vois que dans les revues, j’ai pu mettre des têtes sur les noms de mes fournisseurs…c’était bien agréable.

Je n’ai pas été primé, bien évidemment, parce que mes machines ne sont pas assez high tech ou show bikes, mais elles ont été regardées, appréciées, ça a été bien agréable que des pros les trouvent sympas et qu’ils me le disent. »

                  

Mais si le sportster a été primé, Francis l’a appris en feuilletant Freeway, il devrait maintenant arborer un joli blouson…

 

 

2002 – Option Moto Décembre : Best of 2002.

            

L’amateur pur et dur  

Francis Garnier, mécanicien de GP, donc capable d’approcher le meilleur de la technologie, se plaît à confectionner des motos en mettant à contribution tout ce qui traîne et ne coûte pas un rond, de préférence. Ces motos sont sublimes, possèdent une âme et nous ont fait véritablement rêver. Sans doute un besoin d’authenticité dans un monde quelque peu surfait.

Francis, ton accueil et ce voyage furent inoubliables. Avec Bruno des Gayets, on en parle souvent…